France soviétique : don d’organe obligatoire sans passer par l’avis de la famille

Un amendement à la Loi de Santé prévoit qu'à partir de demain, le 1er janvier 2017, chaque Français devienne par défaut un donneur d'organe volontaire.

Vous ne rêvez pas : l'Etat nous désigne volontaire pour qu'on nous charcute à notre mort. Où, à part dans des dictatures communistes, avons-nous déjà vu la population être contrainte par la loi d'être volontaire à quoi que ce soit ?!

Qu'il y ait des donneurs volontaires, c'est une chose. Qu'on oblige tous les Français à donner leurs organes une fois morts, c'est une nouvelle avancée de l'utilitarisme, qui voit dans chaque homme un travailleur et une réserve de sang et d'organes. Et puis, cela ouvre la voie à des dérives qui ne manqueront pas d'être présentées comme autant de « progrès ». Par exemple, pourquoi attendre la mort et ne pas prélever des organes sur des Français pas encore morts mais dont l'euthanasie a déjà été programmée, afin de percevoir des organes dans le meilleur état possible ?

Le don d'organe, c'est une affaire privée qui regarde chacun, mais que chacun devienne par force de loi un donneur d'organes par défaut, c'est là un glissement politique et législatif inquiétant. On savait déjà, par l'ancien ministre socialiste de l'Education Nationale, Vincent Peillon, que nos enfants ne nous appartiennent pas mais appartiennent à la République. Il en va désormais de même pour nos propres organes.

Ce régime liberticide qui veut tout, absolument tout contrôler, cette république sauce socialiste, il nous faut la renverser, revenir à un modèle politique plus sain, plus humain, plus honnête, plus simple… plus Français !

France soviétique : don d'organe obligatoire sans passer par l'avis de la famille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *