C’était un 26 mars : le massacre de la rue d’Isly

Le 26 mars 1962, des civils français non armés qui manifestaient pour le maintien de l’Algérie française arrivaient à proximité d’un barrage de militaires français qui, sur odre des ordures gaullistes et communistes, traquaient l’OAS. De Gaulle ne pouvat pas supporter que, forts de leur victoire militaire, les Français aient repris le contrôle de la ville de Bab el Oued.

 

Il faut dire qu’une victoire éclatante de l’OAS seulement sept jours après les « accords d’Evian », où de Gaulle laissait l’Algérie aux égorgeurs du FLN islamo-communiste malgré leur défaite militaire face à nos héros français, ne pouvait que saisir de frayeur « l’homme du 18 juin » qui avait déjà fui la France dès les premières fessées que nous avait infligées l’armée allemande en 1939-1940… Bref, sur cette foule de manifestants (hommes, femmes et enfants non armés), le pouvoir lâche et terrifié fit tirer et plusieurs dizaines de nos compatriotes furent abattus pour avoir simplement et pacifiquement voulu clamer leur soucis de l’intégrité du territoire national.

 

Si prompte à s’autoflageller et adepte de la repentance à outrance, la république française n’a jamais reconnu sa responsabilité.

 

Être nationaliste, c’est se souvenir et transmettre. N’oublions jamais nos héros de l’Algérie française.

C'était un 26 mars : le massacre de la rue d'Isly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *