Libération l’admet (involontairement) : la gauche est une imposture

L’élection du nouveau président de l’Uruguay, le conservateur Luis Alberto Lacalle Pou, a mis fin à quinze ans de socialisme. C’était l’occasion rêvée pour la gauche de dresser le bilan des innombrables et incroyables fruits qu’une telle mainmise sur un Gouvernement a dû engendrer.

C’est le journal Libération qui, en France, s’est chargé de dresser ce bilan et, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est révélateur de ce qu’est la gauche !

En effet, Libération nous apprend qu’en quinze ans de socialisme, la gauche a laissé trois mesures emblématiques à l’Uruguay : la dépénalisation de l’avortement, la légalisation du trafic de cannabis et le mariage pour tous. Avorter, se défoncer et marier des pédés, voilà le résultat applaudi après quinze ans au pouvoir, cela en dit long sur le néant de la politique de gauche pour le peuple, mais également sur la nocivité de la gauche pour la société traditionnelle.

De plus, ces réformes purement sociétales ont toutes été prises en quelques mois, de 2012 à 2013, ce qui fait plutôt penser à un cache-sexe servant à dissimuler un authentique bilan calamiteux (immigration sauvage, endettement sans fin, affaiblissement de l’éducation, etc.).

Nous savions bien que la gauche n’avait rien de bon à proposer, mais nous remercions Libération d’avoir eu l’honnêteté (involontaire) de l’admettre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *