Le racisme imaginaire

Elle s’appelle George Pau-Langevin, elle est député de la 15ème circonscription de Paris, et elle s’ennuie tellement de l’absence de racisme en France qu’elle en invente, afin de pouvoir s’en offusquer !

Ce député socialiste à qui la république a versé près de 76000 euros en 2013 pour sa mission à la « réussite éducative » au sein de l’Education Nationale, avec les résultats formidables que l’on sait, s’est en effet offusquée du fait que dans l’affaire des dîners fastueux (entre autres), François de Rugy ait été blanchi.

On pourrait être d’accord avec ce député sur le fond de l’affaire, mais ce serait mal connaître cette socialiste. Ce dont elle s’offusque, c’est de l’utilisation du terme « blanchi » !

Le terme « blanchi », selon l’intellectuelle antiraciste, serait le contraire de « noirci », comme chacun sait… Et du coup George Pau-Langevin s’offusque de l’utilisation négative de la couleur noire !

Voilà où en sont les antiracistes en France aujourd’hui, n’ayant aucune raison de se plaindre du racisme (malgré le lynchage raciste d’un noir par un Turc il y a quelques jours), il faut inventer soi-même des expressions comme « être noirci » pour s’offusquer et utiliser les hashtags « stop » et « ça suffit ».

Pathétique, ridicule, dérisoire et déplorable, tel est ce qu’a toujours été et sera toujours l’antiracisme politique, qui n’a jamais fonctionné que grâce aux subventions dans un pays qui ne pratique aucun racisme sauf contre les blancs, à travers ce qu’il est convenu d’appeler la discrimination positive. Mais soyez rassurés, ce racisme-là n’est jamais dénoncé par Pau-Langevin et ses copains !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *