Maire de Colleville-Montgomery : un complice de plus pour les trafiquants d’êtres humains !

Les journalistes locaux et les associations extrémistes de gauche sont-ils complices des mafias de passeurs de trafiquants d’êtres humains ?

C’est une question légitime qu’on peut se poser au regard de plusieurs éléments dont l’un date d’hier.

En effet, hier, la presse locale s’est faite l’écho de l’accueil des clandestins africains dans un gymnase de Colleville-Montgomery, en s’appuyant sur deux faits : il fait froid et les clandestins sont là pour essayer de passer en Angleterre.

Notre posture en tant qu’organisation politique responsable, c’est que nous n’en avons strictement rien à faire.

1. Le froid

Il fait froid ? Hé bien oui, car nous sommes en Europe et c’est l’hiver. Si les Africains ne veulent pas du froid, ils n’ont qu’à repartir en Afrique ! Les journalistes feraient mieux de se concentrer sur les habitants de la France, qu’on appelle encore des Français, qui ont un métier et un salaire, mais qui doivent parfois doubler leur nombre de couvertures pour ne pas payer trop cher d’excédent de facture d’énergie !

2. L’Angleterre

En essayant pitoyablement de justifier la présence de ces clandestins venus d’Afrique (sans femmes ni enfants) par leur objectif de gagner l’Angleterre, les médias et les associations extrémistes de gauche font semblant d’ignorer que cette démarche est totalement illégale !

Les clandestins essaient d’entrer par effraction dans les poids lourds, de monter frauduleusement dans les ferries et de s’infiltrer illégalement en Angleterre. Ce sont là au moins 3 motifs d’expulsion de ces étrangers ! Et nous clamons qu’en ne dénonçant pas ce triple objectif mais en aidant les clandestins à l’atteindre, les extrémistes de gauche et les journalistes (il est souvent difficile de différencier ces deux groupes) se livrent à une justification du juteux trafic d’Africains par les esclavagistes, à tel point que la question de leur collusion avec les trafiquants devrait intéresser la justice et les forces de l’ordre.

Le Parti de la France, quant à lui, continue à dénoncer cette collusion, à demander la dissolution des associations et des comités qui aident les clandestins dans leurs projets illégaux et réclame sans délai l’expulsion immédiate de tous les clandestins.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *