14/10/1066 – 14/10/2016, Hastings : souvenir d’une victoire normande

Lorsque le duc Guillaume abaissa son bâton de commandement, ce 14 octobre 1066 aux environs de neuf heures du matin, signalant par ce geste le début de la bataille d’Hastings, le Conquérant ne savait peut-être pas qu’il s’apprêtait à laisser une empreinte indélébile dans la mémoire européenne, et notamment normande.

 

L’armée normande s’élança contre les Anglais aux cris de « Dex aïe ! » (Avec l’aide de Dieu !)

 

Après avoir dû faire face à une pluie de javelots meurtrière, les fantassins normands partirent à l’assaut de la colline tenue par l’ennemi, mais celui-ci se montra si résistant, que Guillaume envoya, plus tôt que prévu, une impressionnante charge de ses trois corps de cavalerie.

 

Les Anglais, solidement accrochés à leur avantageuse position élevée, firent à nouveau pleuvoir les javelots sur les courageux Normands.

 

L’impossibilité de déloger les Anglais de leur colline, faillit se doubler d’une catastrophe, lorsque le cheval de Guillaume fut tué par un javelot ennemi. En effet, son armée, le croyant mort, commença à fuir dans le désordre.

 

Guillaume dû enfourcher un autre cheval et se faire reconnaître de ses hommes en relevant son casque. Il prononça aux fuyards cette tirade qui résonne aujourd’hui d’un écho particulier en ces temps de multiplication des « réfugiés » : Regardez-moi ! Je suis vivant et je serai vainqueur, avec l’aide de Dieu ! Quelle folie vous incite à la fuite ? Où cette route vous conduira-t-elle ? Vous fuyez la victoire et la gloire impérissable, pour courir à votre perte et au déshonneur éternel. »

 

Remobilisés, les chevaliers normands effectuent une manœuvre courageuse qui leur permet d’anéantir une partie de l’armée anglaise, qui s’était ruée sur les chevaliers en fuite.

 

Au cours de l’après-midi, les fantassins normands continueront leur travail de sape contre les Anglais, qui tiennent à leur colline qui leur donne un si bel avantage.

 

Le coup de génie de Guillaume

 

Mais avec l’appui de la cavalerie, les efforts normands vont continuer à payer, notamment grâce à une nouvelle technique de guerre imaginée par Guillaume : le duc ordonne qu’à partir de maintenant, un assaut soit mené conjointement par les archers, les fantassins et la cavalerie. Les archers normands abandonnent le tir en cloche pour passer au tir tendu, les fantassins frappent et la cavalerie transperce. Avec ces nouvelles unités à triple compétence, dont la tapisserie de Bayeux nous a livré le témoignage, les Anglais, trop occupés à se défendre, ne peuvent plus riposter : les Normands prennent enfin pied sur la colline.

 

Après quelques heures, Harold le félon, le chef des Anglais, reçoit une flèche normande dans l’œil droit, puis il meurt.

 

S’en suit une déroute des Anglais et la marche des Normands du Conquérant sur Londres.

 

Guillaume sera couronné roi d’Angleterre le 25 décembre 1066.

14/10/1066 – 14/10/2016, Hastings : souvenir d’une victoire normande

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *